• A propos d'Afropreneuses

    La journée de l'entrepreneuriat noir au féminin

  • Lorsque j'ai débuté mon parcours entrepreneurial en 2010, je n'avais que très peu d'exemples de réussite de femmes qui me ressemblent en France. Je me suis spontanément tournée vers les Etats Unis où les succès de femmes comme Oprah Winfrey me rappelaient que tout était possible.

    J'appartiens à une génération de femmes entrepreneures issues de la diversité comme on dit, noires, 100% digitales et connectées, qui sont l'héritage de lignées de femmes entrepreneures d'Afrique, de la Caraïbe et de la diaspora. Des grandes commerçantes Congo aux Nana Benz du Togo qui avaient réussi à se fédérer et s'unir, créer leurs tontines pour financer les projets des unes et des autres et bâtir leurs empires. En passant par les initiatives plus récentes telles que Black Women in Tech aux Etats Unis, nous, ici, venant d'ailleurs, peinons à fédérer nos énergies.

     

    Les constats

    Les femmes noires représentent le groupe ethnique le plus dynamique dans la création d'entreprises aux Etats Unis. Selon le National Women's Business Council, 1 531 494 entreprises appartiennent à des femmes noires aux États-Unis, ce qui représente une augmentation de 66,9% depuis 2007. Ces business emploient environ 376 500 travailleurs et génèrent des revenus de 51,4 milliards de dollars.

     

    Cette ébullition touche également la France

    Plus d'une trentaine de groupes Facebook francophones réunissant plus de 100 000 membres en France et dans les pays Francophones.

    Selon une étude Cleva Consulting menée en 2017, 34% des femmes interrogées déclarent souhaiter créer leur entreprise, ou l'ont déjà lancé, en tant qu'activité principale ou secondaire.

     

    Les discriminations liées à notre condition de femmes et de noires sur le marché du travail y sont pour beaucoup. Entreprendre sonne comme une des manières de réussir sans dépendre du jugement biaisé d'un patron et ou d'un supérieur hiérarchique sur nos compétences.

    La difficile conciliation entre vie professionnelle et vie familiale est également un facteur important. Comme toutes les femmes françaises, les femmes afro descendantes cherchent aussi à réussir le pari de conjuguer leur vie de femmes, de mère et de working woman.

    Une fois le cap franchi, alors que l'on sait à quel point l'inspiration et le mentoring peuvent être déterminants dans la carrière d'une femme entrepreneure, nous ici, ne savons pas vers qui nous tourner. Les yeux rivés vers les Etats Unis ou l'Afrique où les réussites de femmes noires sont beaucoup plus visibles, certaines Afro Françaises sont mêmes poussées à quitter leur pays pour le Canada, les Etats Unis ou le continent africain où elles se sentent plus soutenues et valorisées.

    Du manque de représentativité à l'inexistence tout court

    Cela est d'autant plus vrai que ces entrepreneures bénéficient rarement de structures d'accompagnement adaptées à leurs problématiques, notamment à des données marché sur les communautés qu'elles ciblent pour leurs entreprises. L'absence de statistiques ethniques les contraignant à naviguer à vue et à prendre des risques importants pouvant mettre en péril la réussite de leur projet business. Les choses se corsent davantange lorsqu'il s'agit d'être crédible face à des banques et des investisseurs.

     

    Afropreneuses Summit, la première journée dédiée à l'entrepreneuriat noir au féminin.Heureusement, la génération des entrepreneures s'étant lancées dans les années 2000 se sont toutes croisées et se connaissent toutes. En tous cas, je les connais toutes. Et j'ai eu à coeur de réunir celles qui ont le partage pour leitmotiv afin qu'elles racontent leurs histoires lors de la seule journée du genre en France.